Voici ce qu'il fallait retenir des 8 matches de dimanche en NBA.

Il y a tellement de matches, d'actions et d'histoires qui se disputent et s'écrivent chaque soir en NBA qu'il est difficile de garder un œil sur toutes les performances et les anecdotes. Mais notre crew est là pour vous mettre au parfum des infos les plus pertinentes (ou non) de la nuit.

- Damian Lillard, 49 points, à la sortie de son match contre Miami.

on-fire

- Même sans Isaiah Thomas, les Celtics auraient dû être capables de battre les Sixers. Comme contre Dallas, où Boston a dominé avant de craquer complètement, ou Phoenix 15 jours plus tôt, on a du mal à ne pas trouver ça inquiétant dans l'optique des playoffs.

- Bon, il faut dire les C's sont tombés sur un Dario Saric Magic (prononcer Madjitch) de gala : 23 points, 6 rebonds, 4 passes et des caviars comme celui-ci.

- LeBron, Kyrie et Love ont claqué 101 points à trois contre les Lakers. Certes, LA est en mode tanking, mais ce n'est même pas le total de points de certaines équipes sur un seul match...

- D'Angelo Russell avait choisi le mauvais match pour briller et montrer qu'il en avait quelque chose à secouer de cette fin de saison. Personne ou presque ne se souviendra qu'il a inscrit son record de points (40) en carrière dans ce match. Les 46 points de Kyrie Irving et les 101 cumulés du trio des Cavs le relèguent au second plan.

- On a pu voir que depuis son arrivée en NBA, Julius Randle ne reculait devant personne et était prêt à se friter avec n'importe qui. Il a dû fâcher LeBron à un moment ou à un autre pour que le "Chosen One" décide de l'exposer ainsi. Deux fois.


- Les Wolves ont décroché et ne sont plus vraiment dans la course aux playoffs, mais ce n'est pas pour autant qu'il faut arrêter de regarder Karl-Anthony Towns en action. L'intérieur de Minny fait une deuxième partie de saison à couper le souffle et il n'a pas donné sa part au chien contre les Kentucky alumni Anthony Davis et DeMarcus Cousins : 33 points à 51.9% avec un 4/8 à 3 points. Donnez-lui encore un an et le type fera s'agenouiller les adversaires un par un.

- On ne savait pas bien qui était le vainqueur à court terme du trade entre Mason Plumlee et Jusuf Nurkic. Réponse du Bosnien depuis un mois et au sortir de son match à 21 points, 12 rebonds et 3 contres face au Heat : "Bitch, please..."

bitch-please