Dwyane Wade a rejoint les Chicago Bulls pour deux saisons cette nuit. Zoom sur les vainqueurs et les perdants de son départ du Miami Heat.

VAINQUEUR : DWYANE WADE

« Ce n’était pas une décision facile mais je pense avoir fait le bon choix. » Et comment ! A 34 ans, Dwyane Wade a trouvé le jus pour négocier un nouveau deal à plus de 47 millions de dollars sur deux saisons ! 47 millions de dollars pour une superstar sur le déclin gênée par les blessures lors de quatre de ses cinq dernières années en NBA et dont une majorité de fans le considéraient comme en partie « cramé » il y a même pas un an. Wade sort d’un excellent exercice avec le Miami Heat. Il a joué 74 matches, du jamais vu depuis 2011, avec 19 points dans la besace. Suffisant pour que le futur Hall Of Famer estime ne plus avoir à laisser quelques millions de dollars de côté chaque intersaison pour finalement voir son équipe sortir au second tour des playoffs.

Avec la hausse spectaculaire du Cap et les contrats gigantesques signés par des garçons comme Evan Turner, Kent Bazemore et compagnie, des mecs qui n’ont pas accompli le quart du tiers de ce que « Flash » a réussi en NBA, il est compréhensible que Wade ait lui aussi envie de faire pleuvoir les billets.

Il a demandé 50 millions, une somme que seuls les Denver Nuggets ont pu lui proposer. Mais l’appel de la maison, lui qui est originaire de Chicago, a fini par l’emporter.

« Je n’ai jamais oublié d’où je viens et je suis content d’avoir l’opportunité de jouer pour l’équipe qui m’a fait aimer le basket. »

Dwyane Wade va venir remplacer Derrick Rose dans le coeur des fans de Chicago en quête d’une nouvelle icône locale. Les sorties médiatiques de Rose et ses blessures à répétition ont tapissé le terrain pour son successeur qui devrait avoir une tâche facilitée. Du pognon, de l’admiration et quelques matches de playoffs à la maison ? Tape-là.

PERDANT : FRED HOIBERG

Vous savez sur qui va s’abattre les critiques une fois que les Chicago Bulls auront enchaîné trois ou quatre défaites ? Pas Dwyane Wade. Pas même Jimmy Butler. Sans doute un peu Rajon Rondo mais surtout Fred Hoiberg. Dans ces cas-là, c’est souvent le coach qui prend.

Assurer la succession de Tom Thibodeau - à l’inverse de celle de Derrick Rose - n’est pas une tâche facile. Le tacticien à la voix rauque avait surexploité les qualités de son effectif. Hoiberg, lui, doit composer avec un groupe qui n’est absolument pas taillé pour sa philosophie de jeu. Les Bulls ont donc manqué les playoffs la saison dernière, malgré du talent à tous les postes, alors que Chicago s’était qualifié à chaque fois sous les ordres de Thibodeau.

Fred Hoiberg a été placé sur le banc par les dirigeants afin de mettre en place un basket plus offensif et plus en adéquation avec les standards de la NBA moderne. Mais ses dirigeants ne lui ont pas donné les joueurs susceptibles de briller dans son système. Cet intersaison était censé marquer le lifting du roster afin d’enfin mettre en place le « space-and-pace » cher à l’ancien coach universitaire. Gar Forman lui ont tout naturellement filé deux joueur du calibre All-Star, certes, mais incapable de planter avec constance derrière l’arc. Sans complexe. Et l’entraîneur inexpérimenté pas franchement réputé pour sa poigne va maintenant devoir gérer les ego de Dwyane Wade, Rajon Rondo et Jimmy Butler.

PERDANT : LE SPACING DES BULLS

Rendu hommage au spacing des Chicago Bulls décédé sous le coup des briques répétés de Rajon Rondo, Dwyane Wade et Jimmy Butler.

VAINQUEUR : LE STORE DES BULLS

Les Bulls ont tout de même quelques sacrés joueurs dans leur effectif. Dwyane Wade va garder son numéro 3 - Doug McDermott a officialisé le racket de son numéro sur Instagram - et des cohortes de fans en herbe vont se précipiter sur le jersey du natif de Chicago. Celui de Rondo fera sans doute aussi quelques émules. A défaut de gagner des titres, c’est toujours bien de gagner du fric.

PERDANT : LES BROOKLYN NETS

En perdant Dwyane Wade, le Miami Heat va revoir son plan d'action de l'intersaison dès la fin de la première semaine de la free agency. Conséquence immédiate, les dirigeants floridiens ont finalement l'intention de conserver Tyler Johnson, restricted free agent qui avait pourtant trouvé un accord verbal avec les Brooklyn Nets (50 millions sur quatre ans). Le jeune joueur de 24 ans n'avait pas signé d'offre officielle - il ne pouvait pas le faire avant aujourd'hui - et le Heat peut donc renégocier un nouveau deal avec son meneur.

PERDANT : LE MIAMI HEAT

Dwyane Wade était plus qu'une icône à South Beach. Il était le Miami Heat. Treize saisons, trois titres, des quantités d'exploits individuels.

VAINQUEUR ET PERDANT : HASSAN WHITESIDE

Hassan Whiteside a plusieurs fois insisté sur l'importance de jouer pour une équipe compétitive. Il a commandé le salaire maximum mais était prêt à faire des concessions financières si Kevin Durant rejoignait South Beach. Il se retrouve finalement bombardé leader d'une équipe orpheline de l'une de ses stars à l'heure où une autre, Chris Bosh, est toujours incertaine sur la suite de sa carrière pour des raisons de santé. En revanche, Whiteside va pouvoir claquer des statistiques folles qui justifieront immédiatement son contrat.

PERDANT : JIMMY BUTLER

Avec son contrat au montant maximum et avec le transfert de Rose, Jimmy « Buckets » s’est senti plus que jamais investi dans son rôle de leader des Bulls. Il a préparé la draft avec ses dirigeants, il était au coeur des décisions... il s’imaginait déjà dans la peau de la star montante de Chicago guidant une jeune équipe vers les playoffs. Mais ses difficultés à assumer le leadership la saison dernière ont peut-être convaincu les dirigeants à lui refourguer le caractère bien trempé de Rajon Rondo et le charisme de Dwyane Wade, qui joue au même poste que lui et va donc le forcer à se décaler en trois, dans les pattes...

VAINQUEUR : LEBRON JAMES

OK, les Cleveland Cavaliers n’ont pas signé Wade pour former une armada spectaculaire susceptible d’affronter une autre armada encore plus spectaculaire des Golden State Warriors dans une finale NBA aux allures de guerre nucléaire. Mais avec le départ de son ami vers Chicago, LeBron James a pu mettre la main - enfin son équipe - sur un joueur qu’il avait lui-même essayé en vain de recruter en 2015 : Mike Dunleavy. L’ailier expérimenté a été envoyé dans l’Ohio afin de faire de la place dans la masse salariale des Bulls pour accueillir Wade.

PERDANTS : LES FANS DES BULLS

Gar Forman et John Paxson prennent quand même leurs supporteurs pour des cons... Dwyane Wade et Rajon Rondo, c’est sexy, y’a pas à dire. Et il y a peut-être moyen que les Bulls soient carrément intéressants à suivre la saison prochaine. Mais ses deux signatures n’ont que très peu de sens d’un point de vue strictement basket, dans la construction d’une équipe et d’une identité de jeu. C’est à se demander si les deux zigotos à la tête de la franchise ont vraiment un plan (clairement : non) ou s’ils se satisfont de signer des grands noms afin d’apaiser une fan base exigeante. Si tel est le cas, alors ils ont pris les supporteurs pour des cons. Tout le monde sait que Rondo et Wade ne sont pas de brillants tireurs d’élite et que le spacing est une donnée primordial du jeu aujourd’hui en NBA. Leur talent leur permettra sans doute de gagner des matches. Peut-être même beaucoup de matches. Mais est-ce que ça valait vraiment le coup si c’est finalement pour casser le développement d’une jeune équipe susceptible de se construire et de viser un peu plus qu’un second tour des playoffs dans quelques saisons ?