Kawhi Leonard est devenu un monstre, mais un monstre qui souffre toujours d'un manque de reconnaissance du public et du corps arbitral.

Si vous suivez assidûment les Spurs, vous aurez peut-être remarqué un changement chez Kawhi Leonard ces dernières semaines. Pas dans ses rapports avec ses coéquipiers ou la presse. Le MVP des Finales 2014 conserve son attitude impassible et son masque de Droopy quasiment en permanence et il en sera sans doute ainsi jusqu'à la fin de sa carrière. Ni dans son jeu, exceptionnel bien que toujours assez confidentiel vu que les téléspectateurs ne prisent que rarement les rencontres du groupe de Gregg Popovich. C'est son attitude envers le corps arbitral qui a évolué.

Duncan : "On a besoin que Kawhi obtienne ces fautes"

On a beau avoir constamment l'impression que rien ne dérange Leonard, le peu de coups de sifflet dont il bénéficie alors qu'il est de plus en plus agressif offensivement commence à le chagriner. Sans non plus aller bousculer les officiels, l'ailier All-Star montre quelques signes d'agacement et n'hésite plus à aller dire ce qu'il pense à ce sujet. D'où cette question : Kawhi Leonard est-il suffisamment "respecté" par la ligue et ses arbitres ? Et pourquoi, alors que son niveau phénoménal saute aux yeux, n'a-t-il pas les mêmes faveurs que certains autres cadors ?

"Avoir des coups de sifflet, c'est atteindre un certain niveau de confort. C'est sa frustration à l'heure actuelle. Il réalise une saison formidable et il commence à sentir qu'il a besoin d'être davantage respecté. C'est un atout majeur de notre jeu d'attaque et on a donc besoin qu'il continue d'être agressif, mais aussi qu'il commence à obtenir ces fautes", a expliqué Tim Duncan dans l'Express News.

Leonard : "Le respect viendra"

Contre les Chicago Bulls cette nuit, Leonard a réussi à aller 5 fois sur la ligne (il a converti ses 5 tentatives), ce qui est un petit exploit pour lui qui n'a pas shooté le moindre lancer deux fois depuis le début du mois, face à New Orleans et Detroit. Le Californien a heureusement d'autres armes à sa disposition pour faire comprendre à tout le monde qu'il est bien devenu l'un des meilleurs joueurs de la ligue. Mais imaginez une minute ses feuilles de stats s'il tournait à 7 ou 8 lancers par match comme un DeMar DeRozan ou un James Harden, passés maîtres dans l'art de convaincre les arbitres qu'une faute a bien été commise sur eux. En plus de s'occuper du meilleur attaquant adverse (il l'a fait cette nuit en pourrissant le début de match de Derrick Rose) et d'être le deuxième meilleur shooteur de la ligue à 3 points (47.3%), sa production au scoring serait encore plus prégnante que ne l'indiquent ses 20.8 points de moyenne.

"Le respect viendra si je continue de jouer comme ça. Mes coéquipiers comptent sur moi pour rester agressif même quand je rate un shoot parce qu'on a fait faute sur moi et que ça n'a pas été sifflé. Je ne dis rien sur le coup et je garde ça pour après les matches. J'en discute pas mal avec les autres gars de l'équipe et les coaches", a expliqué Leonard.

Il ne fait rien pour développer sa marque

Est-ce la discrétion dont il fait preuve et son absence de mimiques d'exagération qui poussent le corps arbitral à être si tolérant envers ceux qui tentent de s'occuper de son cas ? Ou le fait qu'en dehors du terrain il ne fait strictement rien pour "développer sa marque"  via les réseaux sociaux et atteindre le même niveau de popularité que LeBron James, Stephen Curry et consorts ? Ses coéquipiers à San Antonio rient d'ailleurs souvent du fait que Kawhi Leonard n'est au courant d'aucun buzz et d'aucune polémique qui touche la NBA, puisqu'il n'est ni sur Twitter, ni sur Facebook et fuit les événements médiatiques comme la peste. Seules ses prestations sur le parquet l'intéressent, bien qu'on ait pu le voir récemment en couverture de plusieurs magazines, pas forcément de gaieté de coeur. Ce refus d'intégrer le "star system" confirme que la perception qu'ont les gens de son niveau continue d'être erronnée.

Pop : "Kawhi fait partie de la même catégorie que Kobe, MJ, Magic ou Bird"

Lorsqu'il a été drafté, beaucoup disaient que c'était une erreur de l'avoir sélectionné. Lorsqu'il a commencé à être bon, il a été catalogué "3 and D". Lorsqu'il a réellement éclos, on l'a simplement considéré comme un bon lieutenant pour le Big Three. Lorsqu'il est devenu le patron des Spurs, on a dit qu'il n'était pas un vrai franchise player. Aujourd'hui, alors qu'il est l'un des 5 meilleurs joueurs de la ligue, il n'est toujours pas considéré comme un Hall of Famer évident. Gregg Popovich, qui a validé l'échange entre George Hill et le pick qui a servi à drafter Leonard à l'époque, évite soigneusement de réclamer un peu plus de justice pour son ailier. Pas de manière frontale en tout cas. Mais le coach le plus titré de NBA en activité a discrètement rappelé à tout le monde l'estime qu'il avait pour son protégé taiseux.

"J'essaye de ne pas lui mettre trop de pression, mais je lui fais aussi comprendre que c'est désormais sa responsabilité d'être au top niveau tous les soirs comme Michael Jordan, Kobe Bryant, Larry Bird ou Tim Duncan. Pour moi, il fait partie de cette catégorie", a lancé "Pop" dans les mêmes colonnes.

Qu'il se mette à obtenir davantage de fautes ou non, Kawhi Leonard aura un rôle crucial à jouer dans les semaines à venir. Critiqué pour sa baisse de régime fatale dans les games 6 et 7 contre les Clippers au 1er tour des playoffs l'an dernier, il sera attendu au tournant une fois la saison régulière terminée. Particulièrement si la route des Spurs croise celle d'OKC et de Golden State, deux formations dont les stars n'ont pas le moindre problème pour se faire respecter et obtenir des coups de sifflet...

Les stats de Kawhi Leonard

Year Team G Min FGM FGA FG% 3PM 3PA 3PT% FTM FTA FT% Off Def Reb Ast TO Stl Blk PF Pts
2011-12 SA 64 23:58 3.1 6.3 49.3 0.6 1.7 37.6 1.1 1.4 77.3 1.6 3.5 5.1 1.1 0.7 1.3 0.4 1.4 7.9
2012-13 SA 58 31:12 4.5 9.1 49.4 1.1 3.0 37.4 1.8 2.2 82.5 1.1 4.9 6.0 1.6 1.1 1.7 0.6 1.7 11.9
2013-14 SA 66 29:07 5.1 9.8 52.2 1.0 2.8 37.9 1.5 1.9 80.2 1.2 5.1 6.2 2.0 1.2 1.7 0.8 1.9 12.8
2014-15 SA 64 31:45 6.2 12.8 47.9 1.0 3.0 34.9 3.2 3.9 80.2 1.3 5.9 7.2 2.5 1.5 2.3 0.8 2.0 16.5
2015-16 SA 59 32:45 7.6 14.9 50.7 1.8 4.0 46.6 3.8 4.3 87.7 1.3 5.6 6.8 2.5 1.4 1.8 0.9 1.8 20.8
Totals 311 29:41 5.3 10.5 49.9 1.1 2.9 39.4 2.2 2.7 82.5 1.3 5.0 6.3 1.9 1.2 1.8 0.7 1.8 13.9