Kevin Love est désormais officiellement sur le marché, ou presque. On fait donc le point sur les différentes possibilités de transferts cet été.

Kevin Love va se barrer. C'est certain. Depuis janvier 2012, lorsque les dirigeants des Wolves lui ont refusé le statut de "designated player", David Kahn et le propriétaire de la franchise se sont grillés auprès de la star montante. Le GM n'est plus là, il a été licencié l'été dernier, mais le mal est fait. Le All-Star veut changer d'air et il veut gagner des titres. Plusieurs franchises sont sur le coup, from New York to L.A. Voici donc un récapitulatif de ce que chaque équipe peut proposer cet été aux Wolves dans l'espoir de récupérer Kevin Love.

New York Knicks

Gros le Raymond ?

Assets : Iman Shumpert, tour de draft 2018 , Tim Hardaway Jr, Raymond Felton, le 9 millimètres de Raymond Felton, un an de KFC gratuit.

Probabilité d’un transfert cet été : 17% comme le pourcentage aux shoots de J.R. Smith

A part si Phil Jackson réussit un coup de génie, on ne voit pas comment Kevin Love peut atterrir à New York City. La franchise est considérée comme une destination potentielle pour la star… en 2015, si jamais il venait à rester à Minnesota jusqu’à l’été prochain. De plus, Iman Shumpert, l’un des joueurs avec le plus de valeur marchande à New York, serait apprécié par Phil Jackson.

Chicago Bulls

diapo-boozer

Assets : Deux tours de draft au premier tour en 2014 (15-20), les droits de Nikola Mirotic, Jimmy Butler, Taj Gibson, Carlos Boozer.

Probabilité d’un transfert cet été : 13,7% comme le nombre de points marqués par Carlos Boozer cette saison.

Les Chicago Bulls ont toujours été assez discrets sur le cas Kevin Love mais les dirigeants ont suivi de près l’évolution de la situation pour la star des Wolves. Selon les différentes rumeurs, Love serait intéressé à l’idée de jouer pour les Bulls. Notons qu’il aura peut-être l’occasion d’en discuter cet été avec Tom Thibodeau, assistant de Team USA… Une raquette Love – Noah serait dévastatrice. Les deux joueurs sont d’excellents passeurs. Love serait d’ailleurs une meilleure option pour Chicago que Carmelo Anthony. Néanmoins, les Wolves seront-ils vraiment intéressés par deux tours de draft dont aucun n’est compris dans le top 10 ? La cote de Nikola Mirotic ne cesse de grimper outre-Atlantique. Les Bulls peuvent inclure l’un de leur jeune cadre dans l’échange comme Jimmy Butler ou Taj Gibson. Ils ne sont à priori pas disponibles hormis dans le cadre d’un transfert impliquant une star du calibre de Kevin Love.

Phoenix Suns

Suns

Assets : Trois tours de draft au premier tour en 2014 (14-28), éventuellement un quatrième (celui des Wolves…) si Phoenix tire un choix dans les trois premiers, Archie Goodwin, Alex Len, Channing Frye, Gerald Green, Miles Plumlee, Goran Dragic ou Eric Bledsoe ?

Probabilité d’un transfert cet été : 58,5% comme le pourcentage de victoires des Suns cette saison ou 1,8 % comme les chances des Suns d’obtenir un choix dans le top 3 en juin prochain.

La loterie pré-draft aura lieu demain et l’on devrait savoir à ce moment-là si les Phoenix Suns ont une vraie chance de récupérer Kevin Love. Si jamais la franchise défie les probabilités et obtient un choix dans les trois premiers, elle pourrait offrir le pick aux Wolves en l’échange de Love. Ce serait tout de même un pari risqué, sachant que Love peut toujours quitter les Suns dès 2015 si jamais il n’est pas séduit à l’idée de jouer dans l’Arizona (Cf. Dwight Howard). Les Suns disposent de plusieurs choix de draft cet été (le leur, celui des Wizards et celui des Pacers, éventuellement celui des Wolves si Minnesota récupère le quatorzième choix). Les dirigeants peuvent également inclure plusieurs jeunes joueurs dans la balance comme Alex Len ou Archie Goodwin, voire l’un des deux meneurs stars, Dragic ou Bledsoe (peu probable, non ?). Les Suns veulent franchir un cap et pour cela, ils sont prêts à sacrifier des joueurs pour récupérer un All-Star.

Boston Celtics

Kevin Garnet (Boston Celtics) Coucou les gars.

Assets : Deux tours de draft au premier tour en 2014 dont un dans le top 10, Avery Bradley, Jeff Green, (Jared Sullinger ?), des maillots de Kevin Garnett, les 450 autres choix que les Nets doivent aux Celtics lors des 27 prochaines années.

Probabilité d’un transfert : 100%, Danny Ainge a l’habitude de négocier avec les Wolves.

Il y a sept ans, les Wolves ont expédié Kevin Garnett à Boston en l’échange de tours de draft (gaspillés par David Kahhhhhhhhhhhhn) et d’une ribambelle de jeunes joueurs dont Al Jefferson. Minnesota est désormais dans une situation similaire, avec sa star sur le point de se barrer librement si jamais la franchise ne met pas en place un transfert rapidement. Alors pourquoi ne pas se tourner vers ses anciens partenaires commerciaux ? Danny Ainge s’en frotte déjà les mains. Il est prêt à balancer ses tours de draft (2014, 2016 ?) et des jeunes joueurs (Bradley, Green voire même Sullinger ?) pour former la paire Rondo – Love. De quoi ramener rapidement ses Celtics sur la voie des playoffs.

Houston Rockets

Wesh, Morey. Wesh, Morey.

Assets : Tour de draft au premier tour (au-delà de la vingtième place), Omer Asik, Jeremy Lin, Chandler Parsons.

Probabilité d’un transfert : 151%, comme le QI de Daryl Morey.

Bon, à priori, les Houston Rockets ont très peu de chances de recruter Kevin Love. Mais comme Daryl Morey a réussi à récupérer James Harden en lâchant Kevin Martin et des tours de draft, on ne sait jamais. Peut-être va-t-il réussir à convaincre les dirigeants des Wolves que la paire Rubio – Lin peut mener la franchise en playoffs tout en perdant 17 ballons par matches. Non, en fait, non, même lui ne vas pas réussir à faire gober ça aux Wolves.

Los Angeles Lakers

"Je vais lui botter le cul à Kevin Love" "Je vais lui botter son cul le Kevin Love"

Assets : Un tour de draft 2014 dans le top 10, Jordan Hill, tour de draft 2016, 2018, 2020, les sapes de « Swaggy P ».

Probabilité d’un transfert : 61,4% comme le pourcentage de victoires des Lakers depuis la création de la franchise.

Originaire de Californie, formé à UCLA, fan des Lakers… tous les voyants au vert pour Los Angeles. Oui, Kevin Love adorerait revenir à L.A. Mais aux Lakers ? Ou plutôt cette équipe des Lakers ? Pas spécialement. Mais les dirigeants sont malins. S’ils parviennent à récupérer Love via un trade, ils se remueront les méninges et délaisseront le plan « tanking, acte 2 » pour retrouver des ambitions plus en adéquation avec le standing de la franchise. Reste à savoir si les Wolves veulent envoyer Love à Los Angeles. Hormis des choix de draft, les Californiens n’ont pas grand-chose à proposer. Il n’empêche que les Angelenos feront tout de même figure de favoris pour accueillir Love, que ce soit cet été ou en 2015.

Golden State Warriors

david-lee-1001

Assets : Harrison Barnes, David Lee, les speeches de Mark Jackson enregistrés par l’ancien assistant de la franchise.

Probabilité d’un transfert : 1057%, comme le nombre de paniers à trois-points que vont tenter Klay Thompson, Kevin Love et Stephen Curry s’ils jouent ensembles.

Les Warriors partent avec un désavantage de taille : ils ont balancé tous leurs choix de draft au Jazz afin de se débarrasser des contrats d’Andris Biedrins et de Richard Jefferson (pour recruter Andre Iguodala). Selon les rumeurs, Kevin Love serait intéressé à l’idée de jouer pour Golden State. Il se rapprocherait ainsi de sa Californie natale tout en jouant pour un candidat au titre. Mais les Wolves seront-ils vraiment intéressés par Harrison Barnes et le contrat de David Lee ? A moins d’inclure le guerrier Draymond Green, on imagine mal un transfert…