Notre classement pour le MIP n'est pas franchement conforme aux attentes du début de saison, mais il nous paraît tout à fait justifié.

Depuis 2000, seuls deux joueurs ont fini deux fois de suite sur le podium du trophée de MIP : Steve Nash et Kevin Durant. Dans l'idée, on a du mal à imaginer qu'un basketteur puisse réussir une "breakout season", puis une autre encore plus impressionnante dans la foulée. C'est pourtant ce qu'ont fait le Canadien et le MVP 2014, et c'est aussi ce qu'est en train de faire Giannis Antetokounmpo, à une dizaine de matches du début des playoffs.

Le Grec a baissé un peu de pied depuis le All-Star Game, mais sa production et son impact sur son équipe, passée du ventre mou au top 8 à la faveur d'une grosse série, sont démentiels. Autour de lui, ses coéquipiers, quel que soit leur niveau de base, deviennent des atouts tant il monopolise l'attention des défenseurs. Près du cercle, Antetokounmpo affiche 71% de réussite et n'a jamais provoqué autant de lancers francs grâce à une agressivité décuplée, là où on pouvait lui reprocher une certaine timidité dans l'attaque du cercle par le passé. Pour ne rien gâcher, il perd moins de ballons par possession et figure parmi les 40 joueurs les plus impactants défensivement en termes de différentiel +/-. 

Le plus fou, c'est que Giannis a encore une marge de progression.

Le plus fou, c'est peut-être que le All-Star des Bucks semble encore avoir une grosse marge de progression. Il a toujours quelques petits soucis de régularité et un jump shot perfectible, mais ce qu'il est déjà capable de faire le rend fréquemment inarrêtable.

En points (22.9 contre 16.9), passes (5.4 contre 4.3), rebonds (8.4 contre 7.7), contres (1.9 contre 1.4), en adresse globale (52.5% contre 50.6) et sur la ligne (78.2% contre 72.4%), Antetokounmpo a progressé avec un temps de jeu absolument identique à celui de la saison passée. Si ce n'est pas la définition même d'une progression...

Les stats de Giannis Antetokounmpo

Season Team G Min FGM FGA FG% 3PM 3PA 3P% FTM FTA FT% OR DR Reb Ast TO Stl Blk PF Pts
2013 MIL 77 24:38 2.2 5.4 41.4 0.5 1.5 34.7 1.8 2.6 68.3 1.0 3.4 4.4 1.9 1.6 0.8 0.8 2.2 6.8
2014 MIL 81 31:22 4.7 9.6 49.1 0.1 0.5 15.9 3.2 4.3 74.1 1.2 5.5 6.7 2.6 2.1 0.9 1.0 3.1 12.7
2015 MIL 80 35:18 6.4 12.7 50.6 0.4 1.4 25.7 3.7 5.1 72.4 1.4 6.2 7.7 4.3 2.6 1.2 1.4 3.2 16.9
2016 MIL 68 35:20 8.2 15.7 52.5 0.6 2.3 27.8 5.8 7.4 78.2 1.8 6.6 8.4 5.4 3.0 1.7 1.9 3.3 22.9

On le voit désormais, à juste titre vu le classement ces Celtics, comme un candidat au titre de MVP. Mais Isaiah Thomas est aussi un prétendant aux honneurs du MIP. Comment considérer autrement un joueur qui, avec à peine plus de temps de jeu, passe de 22 points à presque 30 de moyenne, tout en affichant une adresse globale plus haute de presque 4% et un sang froid accru sur la ligne (91.1% contre 87.1%) ?

Isaiah inspire la crainte aux coaches adverses, obligés de s'adapter.

Autres paramètres moins statistiques mais tout aussi tangibles, sa faculté à prendre feu et à renverser des situations dans le 4e quart-temps, et la crainte qu'il inspire aux coaches adverses, obligés de s'adapter à son profil atypique. Thomas est encore handicapant en défense contre un certain nombre d'équipes et Brad Stevens doit déployer des trésors d'ingéniosité pour le "cacher" dans certaines situation. Mais impossible de lui reprocher un manque de combativité et d'abnégation sur ce plan-là.

Avec davantage de progrès en termes d'interceptions et sur sa faculté à limiter ses adversaires directs, le All-Star aurait été une menace encore plus crédible pour Giannis.

Les stats d'Isaiah Thomas

Games Field Goals Three Points Free Throws Rebounds Miscellaneous
Season Team G Min FGM FGA FG% 3PM 3PA 3P% FTM FTA FT% OR DR Reb Ast TO Stl Blk PF Pts
2011 SAC 65 25:28 3.9 8.8 44.8 1.3 3.4 37.9 2.4 2.8 83.2 0.7 1.8 2.6 4.1 1.6 0.8 0.1 1.9 11.5
2012 SAC 79 26:51 4.6 10.5 44.0 1.5 4.1 35.8 3.2 3.6 88.2 0.4 1.7 2.0 4.0 1.8 0.8 0.0 2.1 13.9
2013 SAC 72 34:41 6.9 15.2 45.3 1.8 5.1 34.9 4.8 5.7 85.0 0.7 2.3 2.9 6.3 3.0 1.3 0.1 2.6 20.3
2014 BOS 21 25:56 5.6 13.5 41.2 2.3 6.6 34.5 5.6 6.5 86.1 0.3 1.8 2.1 5.4 2.6 0.6 0.0 2.1 19.0
2014 PHO 46 25:41 4.7 11.1 42.6 1.8 4.5 39.1 4.0 4.6 87.2 0.6 1.8 2.4 3.7 1.9 1.0 0.1 2.3 15.2
2015 BOS 82 32:15 7.2 16.9 42.8 2.0 5.7 35.9 5.8 6.6 87.1 0.6 2.4 3.0 6.2 2.7 1.1 0.1 2.0 22.2
2016 BOS 64 34:05 9.0 19.6 46.2 3.2 8.4 38.3 7.8 8.6 91.1 0.5 2.1 2.6 6.0 2.7 0.9 0.1 2.2 29.2

Derrière eux, on ne peut qu'applaudir le cap franchi par Nikola Jokic à Denver, autant en termes statistiques que sur le spectacle qu'il offre à chacune de ses sorties. Libéré de sa collaboration peu complémentaire avec Jusuf Nurkic, le Serbe régale et est l'une des raisons pour lesquelles les Nuggets sont dans le top 8 à l'approche du sprint final.

Vient ensuite, selon nous, Otto Porter Jr, devenu l'une des meilleures gâchettes de la ligue à 3 points (il affiche, avec 44.9%, le meilleur pourcentage de la ligue parmi les joueurs qui ont disputé au moins le tiers de la saison et tentent au moins 3 shoots/match) et en gros progrès au niveau de l'intelligence de jeu (surtout en défense) et de son implication au rebond. On parle moins de lui que de John Wall et Bradley Beal, mais son influence est considérable et devrait lui permettre de décrocher un contrat juteux cet été.

Enfin, Rudy Gobert, All-Star dans l'esprit à défaut de l'être concrètement, a lui aussi effectué des progrès importants au scoring (+4 pts/match), au rebond (+2/match), sur la ligne (+10%) et en adresse globale (+10%). Mieux, il est aujourd'hui considéré comme le meilleur protecteur de cercle de la ligue et l'un des meilleurs défenseurs intérieurs tout court. Il ne sera d'ailleurs pas loin du compte pour le DPoY au côté de Draymond Green et Kawhi Leonard, les "usual suspects".

Notre classement pour le MIP

1 - Giannis Antetokounmpo (Milwaukee Bucks)

2 - Isaiah Thomas (Boston Celtics)

3- Nikola Jokic (Denver Nuggets)

4- Otto Porter Jr (Washington Wizards)

5- Rudy Gobert (Utah Jazz)

Le bordeline top 5 : Gordon Hayward, le seul joueur actuel à avoir augmenté son nombre de points par match 5 années de suite. Devenu All-Star et fer de lance du Jazz, 4e à l'Ouest.