Appliqué en défense mais inefficace en attaque, Nicolas Batum peine à trouver son rythme depuis le début de la saison. Les Blazers doivent-ils vraiment s'inquiéter ?

Nicolas-Batum-390Les Portland Trail Blazers affichent actuellement un bilan de 30 victoires et 9 défaites. Ils occupent ainsi la deuxième place de la Conférence Ouest derrière les terribles Golden State Warriors mais devant des armadas comme les Memphis Grizzlies, les Dallas Mavericks ou les San Antonio Spurs. La franchise de l’Oregon a pourtant encore de la marge de manœuvre. Au beau milieu de cette atmosphère victorieuse, un joueur traverse une période délicate à titre individuel : Nicolas Batum.

Le Français cumule ses plus mauvaises statistiques depuis sa saison rookie, lorsqu’il tournait à 5,4 pts et 2,8 rbds. Pour la deuxième fois de sa carrière, il est descendu sous la barre des 10 points par match (9,2). « Batman » n’est pas (plus) dans le coup en attaque. Il a inscrit 15 points ou plus à seulement trois reprises cette saison.

So rôle n’a pas sensiblement évolué. On s’attendait à ce qu’il franchisse un nouveau cap, notamment en matière d’agressivité, mais il prend un peu moins de shoots que l’an passé (8,9 contre 10 la saison dernière). Il est toujours ce couteau suisse capable d’avoir un impact sur le jeu sans scorer. Sauf qu’il lui arrive parfois d’en devenir presque transparent, du moins en attaque. La plupart des tirs tentés par Batum sont de bons shoots. Selon NBA.COM, 65% de ses tentatives sont des tirs ouverts – avec le défenseur le plus proche à plus d’un mètre de lui. Pourtant, l’ailier des Blazers affiche un inquiétant 39% de réussite et 25% à trois-points.

Il affiche les statistiques les moins flatteuses depuis sa saison rookie

« Il ne shoote pas aussi bien que d’habitude en ce moment, c’est évident », notait Terry Stotts. « Tous les joueurs traversent ce genre de période. Damian (Lillard) et Wesley (Matthews) ont aussi connu ça. »

Nicolas Batum aurait-il perdu confiance en son shoot ? Il n’a jamais été un scoreur ni même un joueur très régulier mais il est descendu à une seule reprise sous la barre des 42% de réussite aux tirs. Sans être la principale option offensive de l’équipe, il avait tout de même tendance à convertir les shoots offerts par la défense adverse ou par ses coéquipiers. Il semble aussi avoir du mal à faire la différence seul et à se créer ses propres opportunités cette saison. Il tente un lancer de moins en moyenne chaque soir par rapport à l’exercice précédent.

« Je dois être plus agressif », déclarait l’intéressé à la mi-décembre. « L’équipe en a besoin et tout le monde me pousse à le faire. Quand Tony (Parker) n’était pas là cet été, Boris (Diaw) et moi avons dû élever notre niveau de jeu. C’était une bonne expérience pour moi. Je dois être plus agressif mais je sens que ça vient. »

Un mois plus tard, le réveil du tricolore se fait toujours attendre. Il a encore déçu hier soir lors de la défaite de son équipe contre les Los Angeles Clippers. Il a inscrit 4 petits points en 35 minutes à 0/5 aux tirs et a perdu 3 ballons (5 rebonds et 6 passes tout de même). Il a même réussi deux airballs… On en vient à se demander ce qui cloche avec le joueur de 26 ans.

La fatigue et les blessures comme explications ?

france Nicolas Batum a dépensé beaucoup d'énergie l'an passé.

Rappelons tout de même que Nicolas Batum a joué 93 matches avec les Blazers l’an passé avant d’enchaîner directement avec l’équipe de France. Revenu fatigué de cette campagne internationale ponctuée par une médaille de Bronze, le jeune homme n’a sans doute pas eu le repos nécessaire pour trouver son rythme dès la reprise. On notera également qu’il est gêné par son genou ou encore son poignet. Batum a déjà prouvé qu’il était capable de jouer malgré la douleur. Les blessures et la fatigue expliquent sans doute en partie cette mauvaise passe mais elles ne suffisent pas à justifier ses prestations en demi-teinte.

L’éditorialiste Bill Simmons estime que Portland ne pourra pas vraiment viser le titre avec un Nicolas Batum à ce niveau. Les résultats actuels lui donnent tort mais il est évident que les Blazers se porteraient encore mieux avec un Nic’ en grande forme. La franchise de l’Oregon se classe à la huitième place des meilleures attaques de la NBA alors qu’elle était sur le podium l’an passé (en contrepartie, les hommes de Terry Stotts ont effectué d’énormes progrès en défense). Un réveil de son ailier pourrait faire basculer l’équipe dans une nouvelle catégorie.

« Nico est un trop bon shooteur pour ne pas retrouver la cible », assure son coach. « Il va trouver son rythme. »

En attendant, il s’applique aux rebonds, à la passe et en défense. Des tâches essentielles au succès de son équipe. On en attend simplement plus de Nicolas Batum car l’on a conscience de son talent et de son potentiel. Il peut faire au moins aussi bien que la saison passée. Il lui reste une demi-saison pour monter en puissance avant les playoffs.